Logo de la Marianne

CORINE Land Cover : l’inventaire biophysique européen de l’occupation du sol

Base de données de référence produite dans le cadre du programme européen Copernicus, CORINE Land Cover (CLC) est un inventaire biophysique de l’occupation du sol. Grâce à une nomenclature commune à 39 États, CLC permet de suivre, à fréquence régulière et de manière homogène, l’évolution des sols en Europe. Présentation…

Le produit

CLC, qu’est-ce que c’est ?

Piloté par l’Agence européenne de l’environnement, CORINE Land Cover (CLC) est désormais l’une des composantes du programme européen de surveillance de la Terre Copernicus (cf. fiche Copernicus). Intégrée à la directive européenne Inspire, cette base de données géographiques est produite sur 39 États européens. En France, la réalisation de CLC relève du Service de la donnée et des études statistiques (SDES) du Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) avec, depuis 2018, l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN).

CORINE Land Cover est un inventaire biophysique de l'occupation des sols établi selon une nomenclature européenne commune. Celle-ci, hiérarchisée en 3 niveaux, comprend 44 postes répartis selon 5 grands types d’occupation des territoires : (1) territoires artificialisés, (2) territoires agricoles, (3) forêts et milieux semi-naturels, (4) zones humides et (5) surfaces en eau. Les sols sont caractérisés selon leur nature (cultures, forêts, surfaces en eau…) et non selon leur fonction socio-économique (habitation, commerce, base de loisirs…).

Issue de l’interprétation visuelle d’images satellitaires à moyenne et haute résolution, CLC fournit une cartographie produite au 1/100 000 des unités homogènes d’occupation des sols. Le territoire européen est découpé en plusieurs millions de polygones. Chaque polygone fait minimum 25 ha (5 ha pour les bases de changements) et 100 m de large. Il présente une homogénéité en termes d’occupation des sols et se voit attribuer un code de la nomenclature.

Cette base vectorielle est produite par photo-interprétation d’images provenant de plusieurs satellites (Sentinel-2 et Landsat-8 pour 2018, mais aussi SPOT 4/5, IRS P6, RapidEye… pour les millésimes précédents), avec des données complémentaires d’appui (BD Topo, BD Ortho, RPG, Scan 25, Teruti-Lucas… pour la France). Depuis 1990, cinq versions ont ainsi vu le jour : 1990, 2000, 2006, 2012 et 2018. Ces bases « d’état » sont accompagnées par des bases de données relatives aux changements d’occupation des sols entre deux millésimes : 1990-2000, 2000-2006, 2006-2012, 2012-2018.

Usages et précautions

Grâce à cette cartographie complète et fréquemment actualisée de l’occupation des sols, l’Union européenne dispose d’un outil partagé entre ses États membres. Cette méthode de collecte unifiée (unité minimale de collecte, nomenclature…) est essentielle pour connaitre l’intégralité des sols à l’échelle de l’Europe, permettre la comparaison entre territoires européens, échanger entre partenaires à partir d’un même référentiel, élaborer une politique environnementale commune.

La connaissance de l’occupation des sols est cruciale pour l’environnement. Elle permet d’observer la transformation des sols, de mesurer la perte des terres agricoles, d’évaluer la vitesse de destruction de certains espaces naturels et d’artificialisation des terres… (cf. fiche « Occupation des sols »).

Croisée avec d’autres données géographiques ou statistiques, CORINE Land Cover s’avère exploitable dans de nombreuses problématiques liées à l’environnement et à l’aménagement du territoire. Il devient possible d’analyser l’artificialisation des sols, de suivre la consommation des espaces et l’extension des villes, de réaliser une étude paysagère, d’évaluer l’évolution de la forêt (notamment après le passage d’une tempête), de mesurer l’impact de la construction d’infrastructures (autoroutes, champs d’éoliennes…) sur les sols à l’échelle régionale, etc.

Pour l’élaboration d’un schéma régional de cohérence écologique (SRCE) et de la cartographie de trame verte et bleue associée, par exemple, CLC peut aider à :

  • identifier les surfaces en monoculture (vignobles, vergers…) et les autres modes d’occupation agricole des terres (terres arables, culture permanentes, territoires agro-forestiers…) ;
  • repérer, au sein des milieux ouverts naturels, les pelouses, les pâturages naturels, les landes et les broussailles ;
  • cartographier la sous-trame des milieux forestiers en distinguant les feuillus, les conifères et les forêts mélangées ;
  • représenter l'artificialisation du sol et l’urbanisation (couche « territoires artificialisés »), ou localiser certaines zones potentielles de pollution (couches « mines, décharges et chantiers ») ;
  • distinguer les grandes zones humides intérieures (tourbières, marais intérieurs) des zones humides maritimes (marais salants…)

Facile d’utilisation, le principal atout de CLC est de pouvoir être directement exploitable dans un SIG, sans traitement préalable.

Bon à savoir : Le choix de l’échelle (1/100 000) de CLC résulte d’un compromis entre le niveau de détail souhaité (observation du sol au niveau national et européen) et les contraintes de production (coûts et délais). Pour un suivi de l’occupation des sols au niveau communal ou intercommunal, d’autres bases de données sont plus adaptées (ex. OSO, OCS GE…).

CORINE Land Cover présente cependant quelques limites d’usages : les éléments de moins de 25 ha ne sont pas détectables (notamment ceux présents en nombre dans les zones humides), certains postes de la nomenclature restent généralistes (derrière le code « prairies » se cachent aussi bien des prairies sèches que des prairies humides), d’autres mélangent des espaces artificialisés et des espaces qui ne le sont pas (ex. : les « Surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants » comprennent aussi bien des espaces naturels que des espaces artificialisés)…

Quelles sont les données disponibles ?

Grâce à une méthode de production commune à l’ensemble du territoire européen, les données de CLC sont disponibles sur 39 pays : les 28 pays membres de l’UE, les autres membres de l’Agence européenne pour l’environnement (l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse et la Turquie) et les pays coopérants (6 pays des Balkans occidentaux).

A l’échelle nationale, CORINE Land Cover couvre l’intégralité de la métropole et des départements d’outre-mer depuis 2000 (avec l’exception de Mayotte couvert depuis 2006). Pour la Guyane, la cartographie ne concerne qu’une bande de 20 km de large le long du littoral et de l'aval des fleuves frontaliers.

Bon à savoir : Pour prendre en compte les spécificités des Outre-mer, 6 postes ont été ajoutés dans un 4e niveau de la nomenclature :

  • (1) canne à sucre,

  • (2) bananeraies,

  • (3) palmeraies,

  • (4) cafiers,

  • (5) mangroves

  • (6) cours et voies d'eau temporaires.

Le seuil de 25 ha a également été abaissé à 10 ha et la largeur minimale à 50 m. La surface minimale reste à 5 ha pour les changements.

Les données CLC (bases initiales et bases des changements, différents millésimes) sont disponibles sous plusieurs formats : raster (GeoTIFF), vecteur (SHP et SQLite) et sous forme de flux (WMTS, WMS ou WFS). Elles sont ainsi analysables en mode pixel (résolution à 100 m), utilisables dans des bases de données et SIG, accessibles sans téléchargement…

Modalités d'accès

Comment y accéder ?

Plusieurs portails européens et nationaux permettent d’accéder aux données CLC : le site de Copernicus, l’espace professionnel de l’IGN, le site d’Etalab, les plateformes régionales d’information géographique… (cf. En savoir plus).

Portail d’accès à CLC sur le site de Copernicus (European Environment Agency)
Portail d’accès à CLC sur le site de Copernicus (European Environment Agency)
Source : http://land.copernicus.eu/pan-european/corine-land-cover

 

L’accès à la consultation des cartes de CLC est gratuit mais le téléchargement de flux OGC depuis le Géoportail nécessite l’utilisation de clés Géoservices mises en place par l’IGN :
- WMTS : http://wxs.ign.fr/corinelandcover/geoportail/wmts?service=WMTS&request=GetCapabilities
- WFS : http://wxs.ign.fr/corinelandcover/geoportail/wfs?service=WFS&request=GetCapabilities
- WMS : http://wxs.ign.fr/corinelandcover/geoportail/r/wms?service=WMS&request=GetCapabilities

Pour en savoir plus ...